Connexion avec Facebook

Hommage à Cheikh Anta Diop, l’éternel Pharaon du savoir

Par La Pieuvre dans La Ré'Dak, Littérature, Vie Culturelle le samedi, 15 mars 2014

Hommage à Cheikh Anta Diop, l’éternel  Pharaon du savoir

 

Dans le Panthéon des grands penseurs de l’Afrique et de l’humanité, une figure occupe une place de choix. Une figure dont nous commémorions, le 28ème  anniversaire du décès le samedi 22 février dernier dans l’antre studieux de la Librairie Athéna. Il s’agit du Docteur Cheikh Anta Diop.

Avant de vous faire le compte rendu de cet évènement je tiens à rendre un humble hommage, aussi personnel que subjectif à un homme dont le nom retentit encore souvent dans mes cercles de discussion. Un homme qui a légué son nom a une université qui longtemps fît la fierté du pays. Tout en inscrivant l’anthropologue dans la postérité, l’usage banalisé de son nom a voilé, voire supplanté, son combat et ses pensées. Aujourd’hui nombre de jeunes sénégalais se revendiquent de son héritage tandis que la plus part d’entre nous ne connaissent son œuvre que dans les (très) grandes lignes.

A l’instar de nombre de jeunes de ma génération, j’ai dans mon cheminement personnel trouvé des guides intellectuels. Ces lumières ont éclairé mes pas hésitants et  jalonné mon esprit sur les voies de la réflexion. Dans mes lectures nocturnes j’ai sillonné les plus grandes pages de ce qu’on appelle aujourd’hui la Pensée Noire. Comprenez par là, l’ensemble des textes faisant référence à la douloureuse histoire d’un peuple et esquissant les pistes vers sa renaissance. Que de penseurs, de l’Afrique, à l’Amérique en passant par l’Europe ont théorisé, analysé les questions existentielles liées au développement d’un peuple brisé. Un développement qui par delà les sphères économiques et géopolitiques, appelle l’émancipation des résidus d’une domination séculaire, mais également la recherche de vérité, de bien être, de bonheur pour l’individu et la société. Le professeur Anta Diop est de ceux là.

Cheikh Anta Diop fut un homme exceptionnel. Ses découvertes et travaux encyclopédiques ont révolutionné l'historiographie africaine et mondiale et mis à jour de nouveaux paradigmes. Par son combat intellectuel et scientifique et son intégrité exceptionnelle  l’anthropologue a grandement participé à rendre à l’histoire du continent noir ses lettres de noblesse et à l’homme noir son humanité, longtemps dénigrée. Cheikh Anta Diop était fait du fer de ces personnalités qui par leur engagements et leurs réalisations pavent pour la communauté humaine des  sentiers, toujours explorés des années voire des générations après leur disparition. Il est bon de rappeler à la mémoire collective parfois amnésique le parcours, les faits et les combats de ces personnages émérites afin que jamais les mauvaises herbes de l’oubli ne recouvrent les chemins qu’ils ont défrichés. L’oubli étant, plus que la mort, la pire forme de disparition.

Commémoration du 28ème anniversaire de sa disparition à la Librairie Athéna.

Une cinquantaine de personnes ont répondu à l’appel et s’installent dans l’antre studieux de la Libraire Athéna. L’évènement s’ouvre sur une lecture, ou plutôt une déclamation du slameur Minuss d’un extrait de Nation Nègres et culture. La voix maîtrisée et claire porte la puissance d’un message qui aujourd’hui est plus que jamais d’actualité. Après cette entrée en matière, la conférence démarre. L’auteur des Méditations africaines, Felwine Sarr,  en est le modérateur. Il nous présente les intervenants qui ne sont autres que le Docteur Dialo Diop « Blondin » et la juriste et professeur Fatou Kiné Camara. Tous les deux sont des spécialistes de la pensées de Cheikh Anta Diop  et livreront une présentation d’une demi-heure en mettant en avant quelques thématiques choisies autour de sa vie et de son œuvre.

Fatou Kiné Camara : Oui, le féminisme est Africain !

Mme Camara démarre la session. L’intervenante, auteure d’ouvrages autour du droit Négro-africain est la présidente des femmes juristes du Sénégal et se définit comme une féministe africaine. L’heure est à la remise en question de certaines idées reçues à la lueur des pensées de CAD. Notamment celles concernant la place de la femme  dans l‘Afrique traditionnelle et la gouvernance africaine.

La professeure livre une analyse sur la notion de démocratie et rappelle le bicamérisme des sociétés africaines pré-coloniales. Forme de parité avant l’heure, le bicamérisme est l’existence pour une organisation sociale de deux chambres politiques, l’une réservée aux hommes et l’autre aux femmes. Ce mode de représentation illustre la place d’égale accordée à l’élément féminin dans ces sociétés. Fatou kiné Camara revient également sur la place des femmes et la représentation galvaudée de la famille africaine moderne, qui pourtant se revendique de la tradition. Il s’agit ici de dissocier l’élément importé de l’élément endogène.

Par exemple, le professeur nous apprend que  La figure de l’homme étant chef de famille – réalité validée jusque dans les textes juridiques nationaux- est ainsi une construction extérieure aux traditions africaines, principalement matriarcales.  Il s’agit encore une fois de remettre les choses à leur place dans une société ou le statut de la femme est sujet à débat. Effectivement, une femme sénégalaise remettant en question le schéma  « homme père de la famille » sera taxée d’ occidentalisée voire d’« acculturée » sans préavis. Hors, les travaux de CAD tendent à démontrer que la perception  la plus communément répandue,  celle qui établit une hiérarchie entre les genres au profit de l’homme n’est en rien africaine mais bel et bien héritée des cultures indo-européennes. Fatou kiné Camara nous rappelle ainsi que les première reines et régentes de l’humanité étaient africaines et cite Siga Badiane, Isis, Maat déesse de la paix égyptienne…

Après l’intervention de Mme Camara, le docteur Diallo Diop « Blondin »  prend le relais.

Biographie par le Docteur Dialo Diop « Blondin »

Dialo Diop Blondin, frère cadet du révolutionnaire Omar Blondin Diop, est un émérite conférencier à la diction remarquable de clarté. Chaque mot qu’il pose semble enveloppé dans un écrin d’élégance. Connu pour son engagement auprès du Rassemblement National Démocratique, l’homme est aussi un contemporain de Cheikh Anta Diop qu’il a côtoyé de son vivant.

Le Docteur Diop  revient en détail sur le parcours du scientifique. De son enfance à Diourbel  dans un environnement religieux au fameux colloque du Caire de 1974. Véritable bataille idéologique et lutte autour du patrimoine culturel, lors duquel Cheikh Anta imposait le caractère noir de l’Egypte antique et le rôle civilisateur des peuples africains. l’intervenant retrace l’itinéraire exceptionnel. Il rappelle la vie du professeur en insistant largement sur le lien étroit entre sa vie et son engagement politique au sein de partis dont il fut l’instigateur. L’homme  insiste sur les motifs de cet engagement et sur sa volonté d’élargir la portée des savoirs et de remplir le fossé séparant les élites éduquées de la masse illettrée.

On pense au parti " Bloc des Masses Sénégalaises" lancé en 1961. Son implication au sein du BMS lui vaudra un passage dans les prisons senghoriennes. le docteur Diop revient aussi brièvement sur son engagement au sein du Front National Sénégalais fondé en 1963 .

Passées les présentations, l’échange avec le public venu nombreux assister à l’évènement se met en place. Quelques spectateurs livrent leurs points de vue et interpellent les conférenciers sur des questions spécifiques. Il en découle une discussion dense, enrichie des interventions des auditeurs. La question de l'héritage du professeur se dégage de l’ensemble des intervention,la question est de savoir comment tirer profit du lègue culturel du Docteur Cheikh Anta et de s’en inspirer afin d’atteindre ce que le grand homme définissait comme “un idéal de grandeur”.

Alors, que reste t-il du combat de Cheikh Anta Diop pour la renaissance noire?

Le combat de Cheikh Anta Diop nous enseigne la rigueur, la dignité et la quête de la vérité.  la recherche de connaissance comme outil d’émancipation et de renaissance culturelle pour le peuple noir. L’impact de son oeuvre transcendent cependant les barrières de couleurs de peau. Son oeuvre scientifique constitue une contribution  inestimable pour l’historiographie mondiale.

Par son engagement politique il a su incarner avec une intégrité remarquable la cohérence entre la pensée et les actes. Cette intégrité aussi valeureuse que rare, est un trait de plus qui confirme le caractère exceptionnel et exemplaire de Cheikh Anta Diop.

Par ses réalisation, il a été éclairci un chemin vers la renaissance culturelle collective mais également personnelle. Il appartient à chacun de s’y engager et d’y avancer afin. Il ne s’agit plus de détruire ce qui est médiocre mais de construire l’excellence. Le mot de la fin sera de Cheikh Anta Diop :

« Ce que nous visons c’est de réveiller le bâtisseur de nation qui dort en chacun de vous, réveiller le créateur qui dort en chacun de vous.  Cela suppose donc une reforme qui mette l’accent sur rationalité, sur les facultés créatives et indépendance intellectuelle de l’individu, voilà le but que vise mon enseignement »

 

 

Bibliographie :

Nations nègres et culture : de l'Antiquité nègre égyptienne aux problèmes culturels de l'Afrique noire d'aujourd'hui, 1954 

L'unité culturelle de l'Afrique noire, 1959 

L'Antiquité africaine par l'image 

L'Afrique noire précoloniale. Étude comparée des systèmes politiques et sociaux de l'Europe et de l'Afrique noire de l'Antiquité à la formation des États modernes 

Les fondements culturels, techniques et industriels d'un futur État fédéral d'Afrique noire, 1960 ; réédité par Présence africaine sous le titre Les fondements économiques et culturels d'un État fédéral d'Afrique Noire, 2000 

Antériorité des civilisations nègres : mythe ou vérité historique ?, 1967 

Parenté génétique de l'égyptien pharaonique et des langues négro-africaines, 1977.

Civilisation ou barbarie, 1981 

Nouvelles recherches sur l'égyptien ancien et les langues africaines modernes, Présence africaine, Paris, 1988. Ouvrage posthume. 

 

A propos de l'auteur

La Pieuvre

La Pieuvre
5.0/5 rating (2 votes)

Pieuvre culturelle, gourmande des saveurs inédites de la découverte et de l'expérimentation, boulimique de connaissances et d'idées, mélomane musicienne, avide de lectures, junkie d'images et de couleurs, boule de nerfs aux multiples facettes, toxicomane de la vie à l'enthousiasme partageur....

Commentaires (0)

Leave a comment

Vous commentez en tant qu'invité Optional login below.